Bulletin de santé

Une épidémie de grippe s’est abattue sur le Centre depuis 2 semaines : à tour de rôle, les enfants se sont relayés, cloués  dans leur lit avec une grosse fièvre. Et, au moment où les plus jeunes retrouvaient peu à peu des forces, c’est Rose qui est tombée malade à son tour.
C’est encore la saison des moussons _ elle dure de juillet à septembre _ très propice aux virus de toute sorte. Dans les régions du Sud, comme à Cantho, les pluies peuvent devenir véritablement torrentielles : il peut tomber jusqu’à 30 cm d’eau en 24h. L’humidité omniprésente n’est évidemment pas idéale pour la santé. Les enfants partent à l’école les pieds dans l’eau et la boue, les vêtements ont du mal à sécher le soir…

drache_au_vietnam
Sous une bonne drache…. 

Et puis, deux autres nouvelles guère réjouissantes sur ce bulletin de santé de la rentrée. Une fillette de 6 ans a été brûlée début septembre : aujourd’hui son état s’améliore mais elle reste encore affaiblie. Autre raison de préoccupation : un des garçons est atteint d’une affection de peau dont on n’arrive pas à déterminer l’origine. Il a déjà subi deux opérations chirurgicales et s’apprête probablement pour la troisième. Au-delà de l’inquiétude, ces hospitalisations bouleversent le quotidien du Centre. Car au Vietnam, les patients hospitalisés doivent être accompagnés par un membre de leur famille ou un proche qui veille sur eux 24 h sur 24 et assure les soins de confort, les repas… Tous les animateurs sont donc sur le pont. Nous sommes de tout cœur avec eux et nos petits malades à qui nous souhaitons un rapide rétablissement !

Publicités

Rentrée des classes

Septembre à Cantho sonne l’heure de la rentrée !
Depuis la fin du mois d’août, l’équipe d’éducateurs de Thiên, Ân est sur le pont : il faut ressortir les uniformes des armoires, checker l’état des vélos, acheter les nouveaux cahiers et livres des 40 enfants du Centre. Et puis c’est le grand jour. Après deux mois de vacances, les filles ont mis leur robe chasuble bleue et leur plus belle chemise blanche, les garçons enfilé leur bermuda et noué leur foulard rouge autour du cou. On enfourche les vélos direction les 4 ou 5 écoles des alentours où chacun est attendu. En juin, Rose a dû faire sa tournée pour convaincre les directeurs d’accueillir tous ses protégés, même les plus en difficulté, ce qui n’est pas une mince affaire.

IMG_2035.JPG

La scolarisation des enfants et leur réussite est une priorité pour l’équipe du Centre qui dépense beaucoup d’énergie à amener chaque enfant à développer toutes ses possibilités. Cette année, Rose consacre un petit budget pour assurer aux enfants les plus en difficultés des cours de soutien scolaire.

Les niveaux des enfants sont très hétérogènes : certains n’iront pas au-delà de l’école primaire, d’autres s’arrêteront en fin de secondaire, les derniers poursuivront à l’université. Les trajectoires des enfants avant leur arrivée au Centre sont presque toujours marquées par une grande précarité. Et qui dit pauvreté dit pas d’école car au Vietnam l’école est payante… Plus exactement, la scolarité est censée être ouverte à tous mais les parents doivent payer des uniformes, des livres et d’autres frais annexes. Autant dire que les plus pauvres sont incapables de fréquenter régulièrement les bancs de l’école.

Merci à tous les donateurs de Vert Avenir : l’école est une chance et vous contribuez à l’ouvrir à tous les enfants de Thiên Ân !