Le Centre Thiên An existe depuis 1993. Créé par Rose, une femme extraordinaire qui a consacré sa vie à ce projet, il accueille des enfants de la rue, orphelins ou abandonnés. Marqués par les épreuves qu’ils ont subies (abandon, maltraitance, prostitution), ils découvrent au Centre une vie normale. Certains y vivent depuis des années tandis que d’autres sont pris en charge sur des périodes plus ou moins longues, avant de retourner dans leur famille. 40 enfants sont accueillis actuellement ; ils sont âgés de 3 à 16 ans. D’autres programmes de formation ou d’apprentissage pour les adolescents prolongent l’action du Centre. Chaque enfant est accompagné jusqu’à son envol vers une vie autonome, car Thiên An fonctionne comme une vraie famille.

photo_famille3
La grande famille Thiên An !

Entourés et en sécurité, les enfants du Centre sont encadrés par une équipe de 6 personnes (Rose la directrice, Mary son adjointe et 4 éducateurs). Des bénévoles vietnamiens et étrangers participent aussi à ce projet en organisant des ateliers et des activités pour les enfants.

enfants palmier
Un groupe d’enfants dans le jardin de la ferme.

Le Centre Thiên An a deux lieux d’accueil : le premier, appelé « la ferme pédagogique », est situé à la campagne, à une quinzaine de kilomètres de la ville de Cantho au Vietnam. Le terrain a été acquis en mai 2005, avec le soutien de donateurs vietnamiens et étrangers (dont Vert Avenir). Au milieu d’un vaste jardin fruitier entouré de canaux d’irrigation, est construite une grande maison. Une vingtaine d’enfants y habite en permanence, les autres les rejoignant en dehors des périodes scolaires.

La seconde maison a été construite dans le centre de Cantho en 2012, au moment où la ferme pédagogique était sous la menace d’une expropriation. L’autre moitié des enfants y réside pendant la semaine. Tous les enfants sont scolarisés dans des écoles des environs. Des cours d’anglais, de musique et d’informatique sont organisés chaque semaine au Centre par des bénévoles.

Les autres programmes

  • La pouponnière

Au Vietnam, les abandons de nourrissons restent fréquents et les véritables structures d’accueil sont rares. Créée en 2007, la pouponnière a accueilli une dizaine de bébés, dont certains âgés de quelques jours seulement à leur arrivée. Au moment de leur entrée à l’école maternelle (3 ans), les petits quittent la pouponnière et rejoignent leurs aînés. La pouponnière n’a pas accueilli de nouveaux bébés au cours de ces derniers mois, notamment pour des raisons financières.

  • Les adolescents

Le projet a été lancé en 2006 pour les grands du Centre qui ne pouvaient pas poursuivre leurs études et quelques jeunes issus de familles déshéritées qui risquaient de tomber dans la délinquance. Dans ce cadre, une vingtaine d’apprentis sont formés à un métier (mécanicien, cuisinier, couturière, …). Ils sont logés dans une maison à proximité de la ferme. Pendant la semaine, ils travaillent à Cantho ou dans les environs. Le week-end, ils participent à des ateliers pratiques (gestion d’un budget, éducation sexuelle, …) ou ludiques animés par des volontaires vietnamiens.

  • Les bourses scolaires

Le projet Thiên An intègre une quarantaine d’autres enfants non-résidents. Ces derniers, qui ne sont pas orphelins, appartiennent à des familles démunies qui vivent en zone rurale aux alentours de Cantho. Ils sont invités à participer à certaines activités et reçoivent une bourse d’un montant d’environ 70 € par an. Distribuée chaque mois aux familles par l’intermédiaire de prêtres ou d’amis du Centre, la bourse sert à financer les frais de scolarité et les fournitures pour permettre à ces enfants d’accéder à l’école, premier pas vers la construction d’un avenir meilleur.

Publicités