Rentrée scolaire

Après deux mois de vacances d’été, ponctués par une grande sortie, les enfants sont retournés à l’école et se portent bien.
Comme toujours, cette rentrée scolaire a été une période assez stressante pour Rose. Cette année, les enfants sont scolarisés dans sept écoles différentes ! Les inscriptions n’ont pas été simples pour ceux qui n’avaient pas le niveau pour accéder aux écoles les plus « élististes » et Rose a dû activer tout son réseau pour trouver une place à chacun. La scolarisation reste un des objectifs prioritaires du Centre. Pour offrir la meilleure éducation aux enfants, elle s’accompagne d’autres activités éducatives, comme les cours d’anglais, de dessin ou de musique.

Uniforme au lycée
Deux jeunes filles du Centre portent l’ao dai, la tenue traditionnelle des lycéennes et des étudiantes.
Uniforme en primaire
Jour de rentrée en primaire : les enfants portent leur plus bel uniforme !
En maternelle
Et pour les plus petits de maternelle, une jolie photo « de famille » aussi.

En bateau

Entourée d’eau et de rizières, Cantho est renommée pour son étonnant marché flottant qui s’anime tous les matins à l’aube. Des bateaux-magasins qui affichent en haut d’une perche les produits à la vente sont rejoints par des centaines de sampans et de pirogues dont les propriétaires se fraient un passage pour proposer aux acheteurs les fruits let les légumes tout juste cueillis.CanThoFloatingMarket- Doron - CC BY-SA 3.0 via Wikimedia

Tout autour de la ville, des kilomètres de canaux conduisent le visiteur à travers un dédale de jardins. L’une des maisons du Centre Thiên An est située en bordure de l’un de ces canaux. Aussi, les enfants du Centre se baladent bien souvent en bateau, comme d’autres iraient prendre leur métro 😉

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Fête de la mi-automne à Cantho

La fête de la mi-automne ou Têt Trung Thu est une des plus grandes fêtes traditionnelles vietnamiennes. Cette célébration, qui était à l’origine une fête agricole liée au calendrier lunaire, marque aujourd’hui la grande fête annuelle des enfants.  Plusieurs semaines avant, la ville prend un air de fête. Quand arrive enfin le grand soir, les enfants descendent dans les rues pour participer à des processions aux lanternes, à la lumière de la pleine lune. Ils ont le droit de veiller pour profiter du petit réveillon plein de friandises qui leur est préparé. Au Centre aussi, c’était bien sûr la fête : les enfants posent ici avec les jouets et les gâteaux qu’ils ont reçus à cette occasion.

Dernières nouvelles de Thiên An

Chloé et Nicolas sont étudiants en médecine. Dans le cadre d’un projet d’étude, ils sont partis plusieurs mois en Asie et ont eu l’occasion de passer visiter le Centre début mars.
«L’impression qu’on a, dès qu’on arrive à Cantho, est que les enfants s’y sentent bien. Ça joue, ça rit, ça se chamaille et ça saute dans les bras de Quanh et de Rose en racontant sa journée dès qu’elles franchissent le moindre pas de porte. Les enfants sont pleinement intégrés dans la vie du centre et participent aux tâches ménagères, se font confier des missions. On a l’impression d’une grande famille. ».

7fe56-va2b-2bchloecc812b-2b02

« Ce fonctionnement bien huilé repose aussi beaucoup sur les épaules de Rose qui se plie en quatre pour les enfants et c’est aussi très physique. On l’a vraiment vue fatiguée lors de notre passage, en pleine période de fêtes (préparatifs de la fête du Têt). On a l’impression que c’est le fil qui soutient toute la baraque.»

« Les locaux du centre nous sont apparus modernes, propres et très bien entretenus : dortoirs spacieux et lumineux, lits superposés larges, carrelage au sol, casiers individuels dans chaque chambre, grande cuisine, sanitaires propres avec eau chaude, machines à laver le linge, beau jardin, coin réservé aux ados (avec leur propre cuisine et leur propre machine à laver pour plus de liberté), salle informatique avec ordinateurs et…le wifi (malheureusement souvent défaillant). »

Vacances d'été 2014

« Les ados bénéficient de formations pour les aider à trouver un métier et aucun ne semble rester sur le carreau. Certains restent dans la région, d’autres vont travailler à Ho Chi Minh ou même à Hanoi. La plupart se marient, fondent leur propre famille. Rose offre à chacun un petit bagage financier lorsqu’ils quittent le centre pour les aider à bien démarrer dans leur nouvelle vie. Elle met donc aussi de l’argent de côté dans cette optique. Une autre bonne part du budget est destinée aux réparations diverses dans le bâtiment de l’orphelinat (récente réfection du plan de travail vétuste de la cuisine, tuyauterie…). Comme dirait Quanh, « il y a toujours quelque chose à faire ». Il existe une grande solidarité entre le centre de Cantho et un orphelinat bouddhiste voisin, allant jusqu’à l’entraide financière (dans un sens comme dans l’autre) lorsque les temps sont durs. »